Passer au contenu

/ Faculté de droit

Rechercher

Mariam Hammodi

Candidate au baccalauréat

« Lorsque je réfléchis sur mon propre parcours, je me rends compte que le plus décisif de mes choix a été celui de me réorienter du baccalauréat de kinésiologie vers celui de droit. À mon sens, ce virage universitaire a produit un changement considérable quant à ma vision de l’avenir et au sens que j’attribue à mon identité professionnelle. La valeur ajoutée que j’ai perçue dans le programme de droit offert à l’UdeM y est pour beaucoup. En effet, ce programme est unique sous toutes ses formes. L’accessibilité du corps enseignant et l’approche pédagogique personnalisée à laquelle ce dernier a recours démystifient le rapport conventionnel qui régit les échanges entre professeurs et étudiants. La passion des professeurs pour leur matière est à la fois tangible et contagieuse. À les observer, il devient difficile de se décider en faveur d’une spécialité de droit. Les ressources mises à ma disposition et à celle de mes « confrères » et « consœurs » de programme sont multiples, et ce, pour le grand bénéfice de notre réussite scolaire et professionnelle.

Mes deux années d’études en droit m’ont offert la possibilité d’apprendre que la persévérance et le courage sont certainement deux qualités dont on ne peut se passer pour réussir. Une chose est sûre, les occasions qui m’ont été données de participer à des activités extrascolaires et de m’impliquer dans la vie étudiante ont également grandement contribué à mon édification personnelle, tout en m’aidant à renforcer ma confiance dans mes perspectives d’avenir professionnel. Pendant deux ans, j’ai fait du bénévolat au centre de soins palliatifs de l’hôpital St. Mary parallèlement à mes études. Étant disposée et ouverte à accroître mon champ de compétences et la diversité de mes expériences, j’ai écrit quelques articles dans Le Pigeon Dissident tout en assumant les responsabilités de vice-présidente du comité Unicef de l’Université de Montréal. Présentement, je tiens le rôle de juge au sein du comité des débats.

Pour conclure, le conseil que je partagerais avec ceux et celles qui liront sur mon cheminement et mes choix d’orientation, c’est de poursuivre leurs aspirations personnelles et professionnelles non seulement par leur persévérance et leur courage dans l’accomplissement de leur parcours d’études, mais aussi par leur implication dans des évènements, que ce soit des 4@7 ou des comités dont les activités et la mission se rapportent à leurs champs d’intérêt. Je me considère extrêmement chanceuse de pouvoir effectuer mon parcours scolaire à l’UdeM, une université dont les structures, les services, les programmes et les possibilités d’implication favorisent autant la réussite que l’épanouissement de ses étudiants. »