Passer au contenu

/ Faculté de droit

Rechercher

Questionnaire de Proust à la Faculté

 Jean Hétu, professeur
La qualité que je préfère chez une personne:             La Loyauté
Ce que j'apprécie le plus chez mes amis: La fidélité
Mon principal défaut:L'impatience
Mon occupation préférée:

Faire des recherches en histoire

Quel serait mon plus grand malheur:

Le décès de mes proches

La couleur que je préfère:

Le noir

La fleur que j'aime:

La tulipe

L'animal que je préfère:

Un oiseau, le cardinal

Mes auteurs favoris en prose:

Nil

Des personnages historiques que j’aurais aimé rencontrer:

Le pape Jean-Paul II, mais je l'ai vu d'assez près à Rome

Mes héros favoris dans la fiction:

Tintin

Mes héroïnes favorites dans la fiction:

Nil

Mes compositeurs préférés:

Au Québec, Claude Léveillée

Mes peintres favoris:

Un peintre italien, Le Caravage

Mes héros dans mon quotidien:

Mes petits-enfants

Mes héroïnes dans l'histoire:

Rosalie Cadron-Jetté (1794-1864), originaire comme moi de Lavaltrie, qui a fondé la Communauté des Sœurs de Miséricorde pour s’occuper des filles-mères rejetées par la société

Ce que je déteste par-dessus tout:

Le mensonge

La réforme que j'estime le plus:La « Loi Lacombe » du nom du parrain de cette loi de 1903 pour protéger les petits débiteurs contre les saisies abusives (c’est la section du « Dépôt volontaire » dans le nouveau Code de procédure civile)
Le don de la nature que je voudrais avoir:

Vivre une deuxième fois pour enseigner le droit municipal à ceux qui n'ont pas eu la chance de suivre mon cours

Le livre qui m’a semblé le plus révélateur:

Les registres paroissiaux du Québec depuis 1608 comprenant les actes de baptême, de mariage et de sépulture des ancêtres québécois, soit toute l’histoire du Québec

Un livre que je n’ai pas encore lu:

Le prochain roman de ma fille, Julie Hétu, dont le précédent, soit Mot, était finaliste pour le Prix France-Québec

État d'esprit actuel:

Bien dans sa peau

Fautes qui m'inspirent le plus d'indulgence:

Un oubli de bonne foi

Ce que je ferais si je n’enseignais pas le droit:

Peut-être professeur d'histoire

Le fait déclencheur qui m’a intéressé(e) à mon domaine:

Mon stage au contentieux de la Ville de Montréal qui m'a incité à faire une maîtrise en droit à l'Université d'Harvard

Le texte le plus difficile que j’ai eu à écrire:

Mes examens pour l'obtention de ma maîtrise en droit à l'Université d'Harvard

La décision de jurisprudence la plus emblématique de mon domaine:

Laurentide Motels Ltd  c. Ville de Beauport (CSC 1989) en matière de responsabilité municipale

La décision de jurisprudence que j’aime le plus enseigner:

Bonhomme c. Ville de Montréal (CA 1984). Il a fallu à un employé municipal attendre 9 ans et un jugement de la CA pour savoir si sa mutation à un autre poste constituait un congédiement lui permettant de commencer à contester cette décision devant un tribunal administratif. Ce jugement me sert à illustrer que derrière des jugements très importants pour l’évolution du droit se cache souvent un drame humain.

L’article de loi qui ne cesse de m’interpeller:

Article 92 (8) de la Loi constitutionnelle de 1867 qui rappelle que les municipalités sont des créatures du gouvernement provincial et aucune reconnaissance constitutionnelle

Ce que j’aime le plus dans mon domaine:

Le fait que les problèmes de droit municipal se retrouvent tous les jours dans l’actualité et dans les journaux