Passer au contenu

/ Law Faculty

Je donne

Rechercher

Liliane Bruneau (LL.B. 2002)

Avocat au ministère de la Justice du Canada en litige

Liliane obtint son baccalauréat en droit de l’UdeM en 2002. Elle a toujours été passionnée par les sciences humaines et profondément animée par les idéaux de Justice et par les humains qui évoluent dans ce domaine. Au cours de son parcours, elle profita de plusieurs des possibilités offertes par l’UdeM pour stimuler ces intérêts et ouvrir ses horizons. 

Elle participa aux ateliers du Tribunal-école visant à explorer l’univers du litige, qu’elle choisit comme pratique. Elle eut aussi l’occasion d’étudier (et de voyager!) en France en participant à l’échange universitaire durant une session. Cette expérience lui permit d’explorer plus en détail le système de justice et scolaire français (école et droit comparé!), mais aussi d’apprendre à mieux se connaître.

Elle eut la chance de commencer sa carrière comme stagiaire en droit au sein du ministère de la Justice du Canada en litige civil. Elle y pratique depuis plus de 17 ans. Au fil des années, elle acquit de l’expérience dans des domaines de droit variés, notamment le droit administratif, la responsabilité civile de l’État, le droit constitutionnel et les actions collectives, et elle a l’occasion de plaider devant divers tribunaux en première instance et en appel. Elle aborde chaque dossier comme une nouvelle expérience au cours de laquelle elle a la possibilité de comprendre et résoudre des enjeux impliquant d’abord des humains de tous horizons dans des domaines qui lui sont inconnus. Elle apprécie cette instabilité qui permet de mieux comprendre les enjeux et les perceptions des parties. 

Elle essaie de mettre à profit les compétences acquises dans la résolution des différends et de trouver des options alternatives avec les acteurs impliqués pour favoriser une conclusion plus harmonieuse des dossiers. L’écoute n’est pas toujours facile dans un contexte de litige, souligne-t-elle. Écouter véritablement, surmonter nos préjugés conscients ou non et comprendre la perspective des autres est un exercice de toute une vie, mais combien valorisant.

Puisque les relations humaines sont l’une de ses priorités, elle eut rapidement envie de s’impliquer davantage dans les groupes de travail axés sur la promotion de la diversité et visant à démystifier les enjeux de santé mentale et à promouvoir le mieux-être. Comme tous, elle eut à surmonter des échecs, certains parfois difficiles. En cette époque où l’on parle beaucoup de résilience, elle croit que c’est une façon d’être qui s’intègre doucement, et que l’on peut toujours parfaire.

D’ailleurs, elle vous invite à faire preuve d’indulgence avec vous-même, le perfectionnisme étant parfois notre pire ennemi puisqu’il nous empêche de voir la beauté du dessin en mettant l’accent sur le petit trait qui dépasse.

Pour la suite, elle souhaite continuer d’apprendre et de diversifier ses expériences dans le domaine juridique mais aussi de les partager. Elle accorde une très grande importance au mentorat et au partage des connaissances. Elle eut l’occasion de s’impliquer dans le recrutement et l’accompagnement des stagiaires en droit et d’étudiants. Elle participa aux nombreuses initiatives de l’UdeM en ce sens, incluant un récent projet de mentorat pour discuter des carrières alternatives à la pratique privée. Ces implications lui tiennent beaucoup à cœur et elle vous encourage à en profiter pleinement durant votre parcours.

Si elle avait un conseil à donner aux étudiants, ce serait d’abord de rester eux-mêmes : il y a un environnement propice à l’épanouissement de chacun. Ensuite, de persévérer dans leurs désirs et de continuer de rêver. Nous sommes nombreux à avoir en tête des idéaux de plus grande justice au sein de nos sociétés et il est important de les entretenir.

Pour continuer d’apprendre et se changer les idées, elle s’efforce de garder vivantes ses autres passions, comme la lecture, la cuisine, les voyages en famille (ils lui manquent beaucoup en temps de confinement), le ski de fond et la nage dans un lac calme. Elle aspire à ce que sa vie soit un voyage vers les autres, mais en n’oubliant pas qui elle est réellement. 

Sur une note plus légère, elle aurait beaucoup aimé participer au jeu de course télévisuel Pékin Express. 

L’UdeM lui permit de se réaliser, d’apprendre à se connaître, de rencontrer des gens formidables et de se dépasser. Ses professeurs l’ont inspirée et lui ont permis de développer sa pensée critique : elle comprit vite que tout en droit était une question de nuances. Les opinions avec lesquelles nous arrivons dans nos études en droit sont parfois bien tranchées et gagnent à être affinées. Les gens croisés durant son passage l’ont rendue plus apte à comprendre les positions de chacun, à faire la part des choses et à intégrer les subtilités des zones grises. Au-delà des connaissances juridiques, elle souhaite à tous les étudiants actuels et futurs de profiter de chaque instant lors de leur passage à l’UdeM.