Passer au contenu

/ Faculté de droit

Rechercher

Navigation secondaire

Le mot du doyen Jean-François Gaudreault-DesBiens, Ad. E., MSRC

Chers diplômé(e)s et ami(e)s de la Faculté,

 

C’est avec plaisir que j’entre en contact avec vous par le truchement de cette infolettre. Jusqu’à présent, le doyen vous « écrivait » collectivement au moyen de la revue Droit Montréal. Celle-ci n’étant maintenant publiée qu’une fois l’an, j’estime nécessaire de diversifier les véhicules de communication. Cette infolettre nous en fournit un qui, je l’espère, s’avérera efficace. Vous faites partie de notre communauté facultaire et vous devez être au fait des développements au sein de la Faculté. Je profite par ailleurs de cette occasion pour vous remercier du soutien que vous apportez à la Faculté, qui en a d’ailleurs bien besoin! J’ajouterai à cela que vos idées, vos suggestions, voire les projets que vous souhaiteriez proposer sont toujours bienvenus! N’hésitez donc pas à me les transmettre à l’adresse suivante : doyen@droit.umontreal.ca.

 

Cela dit, nous voici au terme d’une année universitaire qui s’est avérée fertile en événements et réalisations de toutes sortes et qui révèle le grand dynamisme de notre communauté facultaire. Ce dynamisme est tributaire de l’engagement constant des professeurs, des étudiants et de tout le personnel qui permet, malgré des moyens que l’on pourrait qualifier de « très limités », d’accomplir ce qui ressemble fort à des miracles.

 

Voici quelques-uns de ces événements et réalisations de l’année universitaire 2017-2018. Il y aurait beaucoup plus à dire, évidemment. Je vous encourage à jeter un fréquent coup d’œil sur le site Web de la Faculté pour vous tenir à jour…

 

De nouveaux professeurs à la Faculté

 

La Faculté est heureuse d’annoncer le recrutement en 2017-2018 de quatre nouveaux membres de son personnel enseignant.

 

Tout d’abord, la Faculté a accueilli en novembre dernier le Pr Pierre Larouche. Expert en droit de la concurrence et en gouvernance économique ainsi qu’en responsabilité civile, dans les traditions de droit civil et de common law, Pierre Larouche se penchera principalement sur l’interface droit et innovation. Il contribue d’ailleurs particulièrement au déploiement de l’option doctorale « Innovation, science, technologie et droit » lancée à l’automne 2017 par la Faculté. Diplômé des facultés de droit des universités McGill, de Bonn et de Maastricht, M. Larouche était depuis 2002 professeur titulaire de droit de la concurrence à l’Université de Tilbourg, aux Pays-Bas, où il a notamment cofondé le Tilburg Law and Economics Center (TILEC), devenu l’un des plus grands centres de recherche au monde dans le domaine de la gouvernance économique. En plus d’avoir pratiqué le droit en cabinet privé, il a été auxiliaire juridique de l’honorable Charles D. Gonthier à la Cour suprême du Canada.

 

La Pre Miriam Cohen rejoindra pour sa part les rangs de la Faculté en juillet; elle sera suivie en août de la Pre Johanne Clouet.

 

La Pre Cohen enseignait jusqu’à maintenant à la Faculté de droit Bora Laskin de la Lakehead University. Elle détient un doctorat en droit de l’Université de Leiden, ainsi que des maîtrises des universités de Harvard, Cambridge et Montréal. Elle est en outre titulaire d’un baccalauréat en droit de l’Université de Montréal, en plus d’avoir suivi une formation juridique de premier cycle au Brésil. Elle a auparavant travaillé à la Cour internationale de justice et à la Chambre d’appel de la Cour pénale internationale. À la Faculté, elle œuvrera principalement en droit international des droits de la personne et en droit international public.

 

Pour sa part, la Pre Clouet concentrera principalement ses enseignements et sa recherche sur le droit notarial ainsi que sur le droit de la famille et des personnes, domaine au sujet duquel elle a publié plusieurs articles et ouvrages. Notaire, elle détient un doctorat et un baccalauréat en droit de l’Université de Montréal, ainsi qu’une maîtrise de l’Université McGill. Elle a pratiqué le droit avant d’entamer sa carrière universitaire. 

Enfin, la Faculté accueillera en novembre prochain le Pr Derek McKee. Jusqu’à maintenant professeur à la Faculté de droit de l’Université de Sherbrooke, il œuvrera principalement en common law, notamment dans notre programme de J. D., ainsi qu’en droit administratif. Après avoir obtenu un baccalauréat ès arts à Harvard, le Pr McKee a étudié le droit à McGill, pour ensuite faire son doctorat à l’Université de Toronto. Il a été auxiliaire juridique de l’ex-juge en chef du Canada Beverley McLachlin.

 

Ces nouveaux collègues assurent le relais de celles et ceux qui les ont précédés. Deux éminents professeurs, qui ont marqué des générations d’étudiants, ont d’ailleurs pris leur retraite en 2017. Il s’agit de Diane Labrèche et Jean Hétu. La Faculté les remercie de l’engagement dont ils ont fait preuve envers elle et ses étudiants. Et pour les personnes qui, comme moi, connaissent assez bien Diane et Jean, qu’il nous soit permis de penser que s’agissant d’eux, le mot « retraite » aura une connotation bien relative…

 

La Faculté et l’international

 

Comme vous le savez, le classement 2018 du Times Higher Education a placé la Faculté au premier rang mondial des facultés de droit francophones. Évidemment, de tels classements ont des limites, notamment pour les universités non anglophones, mais ils aiguillent l’attention sur l’importance de certaines variables pour le positionnement d’une Faculté comme la nôtre. À cet égard, l’un de nos atouts est sans conteste notre fort rayonnement international, qui se nourrit notamment de notre ancrage dans les deux grandes traditions juridiques occidentales, le droit civil et la common law. Cela permet à nos professeurs et professeures de s’illustrer à travers la planète et fait de notre Faculté un lieu d’accueil extrêmement attractif et stimulant pour les étudiants étrangers.

 

Cette année comme par le passé, la Faculté a été très active à l’international. Outre plusieurs colloques et autres activités en lien avec son réseau chinois, la Faculté a établi des ententes formelles de partenariat au Portugal avec les universités de Lisbonne et de Porto, au Brésil avec l’Institute of Technology and Society de Rio de Janeiro, au Mexique avec l’UNAM de Mexico, ainsi qu’en Israël avec l’Université hébraïque de Jérusalem. Des projets concrets, dont tireront profit les étudiants et les professeurs de la Faculté, seront réalisés avec ces nouveaux partenaires.

 

Un nouveau Conseil consultatif décanal

 

J’ai jugé utile de recréer le Conseil consultatif de la Faculté, composé majoritairement de membres externes à la Faculté et représentatifs de la communauté juridique montréalaise. Provenant de divers horizons, ses membres sont des acteurs reconnus pour leur expertise dans leur domaine respectif et leur engagement à l’égard du développement de la ville de Montréal, la Faculté se voulant une protagoniste de ce développement. Le Conseil consultatif est un organe de rétroaction sur les projets facultaires, qui profiteront du « regard éloigné » de ses membres, pour paraphraser Lévi-Strauss. Plus particulièrement, ceux-ci mettront à profit leur expertise en formulant des recommandations sur le développement de la Faculté, notamment en lien avec son positionnement dans la communauté juridique, l’influence qu’elle peut exercer dans la société et son rayonnement à l’international, ainsi que ses projets philanthropiques. Ils pourront également la faire bénéficier de leurs réseaux. Les membres de ce « conseil consultatif 2.0 » sont Me Éloise Gratton, Me Marie Cajazzo, Me Sophie Gagnon, Me Sophie Gratton, Me François Morin, Me Kim Thomassin, Me Alexander Pless, ainsi que la Pre Catherine Régis et le Pr Alain Roy.

 

 

 Un centre de développement professionnel extrêmement dynamique

Partie intégrante de la vie facultaire, le Centre de développement professionnel (CDP) offre ses services depuis maintenant plus de 18 ans aussi bien aux étudiants de premier cycle qu’à ceux des études supérieures. Ce centre est devenu une véritable plaque tournante entre les milieux professionnel et universitaire. Il propose de multiples événements, répondant ainsi aux besoins des étudiants et des employeurs, centrés essentiellement sur la pratique concrète du droit. De fait, le CDP développe des activités en phase avec la constante évolution du marché de l’emploi non seulement sur les cheminements traditionnels et non traditionnels, mais également sur ceux dits « alternatifs ». Mené avec dynamisme par Mme Aminata Bal, le CDP organise chaque année plus de 35 activités mettant en valeur la multiplicité des carrières juridiques, en plus d’assurer le suivi et la supervision des processus d’obtention de stages et des activités communautaires du comité étudiant Pro Bono. Je suis toujours agréablement étonné de voir à quel point le CDP, avec des moyens limités, parvient à faire de grandes choses et à sortir des sentiers battus. Ainsi, parmi les activités organisées en 2017-2018, on compte des ateliers d’introduction à la pratique dans plusieurs champs du droit, qu’il s’agisse du droit de l’environnement ou du droit autochtone, en passant par le droit notarial, le droit des affaires ou celui du divertissement. Furent aussi présentés des panels sur des thèmes d’actualité relatifs à l’accès à la justice, aux entreprises en démarrage, aux chaînes de blocs, à la diversité des genres et ethnoculturelle, ainsi qu’à la conciliation travail-famille. S’ajoutent à cela des ateliers pratiques sur l’entrepreneuriat, la communication efficace au travail, le succès et l’équilibre dans la pratique, les habiletés professionnelles 101, la rédaction des dossiers de candidature et la préparation aux entrevues pour les stages, sans compter l’élaboration de multiples guides de carrière. Et tout cela ne constitue en quelque sorte que la pointe de l’iceberg! Mais chose certaine, cette foison d’activités au CDP ne serait pas possible sans le soutien et la participation de nombreux diplômé(e)s et ami(e)s de la Faculté. Nous vous en remercions. Et, bien sûr, je remercie sincèrement de son dévouement et de son sens de l’entrepreneuriat Aminata Bal, qui est, disons-le, l’âme du CDP. 

 

 

Une clinique de médiation innovante

Fondée à l’automne 2016 et dirigée depuis par Me Hélène de Kovachich, juge administratif en résidence et experte reconnue en matière de prévention et de résolution des différends (PRD), la Clinique de médiation de l’Université de Montréal (CMUM) se veut un lieu de convergence d’expertises sur les questions intéressant les PRD. Elle a pour mission la promotion du changement de la culture juridique par l’utilisation de la médiation pour soutenir l’accès à la justice au service des citoyens.

 

En peu de temps, la CMUM s’est distinguée par ses approches innovantes et par le réseau qu’elle a constitué. Ainsi, en 2017-2018, 16 médiateurs d’expérience bénévoles ont participé à la Clinique et guidé 27 de ses étudiants bénévoles dans cinq volets d’activités impliquant plus de 17 partenaires institutionnels reconnus dans le domaine de la médiation. Les nombreuses conférences organisées sous les auspices de la Clinique ont attiré plus de 400 participants désireux d’approfondir leurs connaissances dans le domaine des pratiques variées de la médiation. En outre, fidèle à sa mission communautaire, la Clinique a animé des ateliers d’information sur la médiation auprès de plus de 60 étudiants de troisième secondaire dans différentes écoles et commissions scolaires, à Montréal et en région. Elle a également participé à des projets de recherche appliquée dans le domaine de la médiation.

 

Le caractère novateur de l’action de la Clinique lui a permis de s’imposer rapidement à l’international, alors qu’elle a été invitée à partager son expertise auprès d’autres universités ou organismes en France, en Suisse, en Inde, en Chine et sur le continent africain, soit lors de colloques ou consultations ou par la constitution de partenariats formels. De plus, pour une première fois, des étudiants formés par la Clinique ont fièrement représenté la Faculté de droit à Paris dans le cadre du concours de médiation en droit commercial international à la Chambre de commerce internationale.

 

Enfin, puisque la Clinique prend très au sérieux autant l’accès à la justice que la nécessité d’accompagner un changement de culture juridique, son site Web (cliniquemediation.openum.ca) reflète la grande diversité culturelle des étudiants qui ont participé à la création de vidéos informatives mises en ligne dans différentes langues. Grâce à la générosité de ses partenaires, avec les professeurs de la Faculté de droit et les médiateurs d’expérience agissant bénévolement, la Clinique se démarque et innove dans la façon de préparer les juristes du XXIe siècle. Mais une bonne idée, pour qu’elle se concrétise, exige le leadership des bonnes personnes. Je remercie vivement Hélène de Kovachich pour tout ce qu’elle a permis à la Clinique d’accomplir en un an et demi à peine. Sans compter que le meilleur reste à venir.

 

Bon été!