Passer au contenu

/ Faculté de droit

Je donne

Rechercher

Actualités


Dans le cadre de l'étude sur le projet de loi S-223, Loi modifiant le Code criminel et la Loi sur l’immigration et la protection des réfugiés (trafic...
Les professeurs Sylvie Nadeau, Roxane Maranger, Luc Vinet, Monique Cormier et Pierre Noreau ainsi que l’étudiant Charles Picard-Krashevski se...
La Faculté de droit de l’Université de Montréal ainsi que la doyenne France Houle tiennent à féliciter l’Association étudiante en droit (AED Montréal)...
Le groupe Montoni a créé 2 nouvelles bourses d’accessibilité d’une valeur de 5 000$ chacune pour des étudiantes et étudiants membres de la PANDC...
La Faculté de droit de l’Université de Montréal a accueilli l’honorable juge Mahmud Jamal de la Cour suprême du Canada le 9 novembre dernier pour une...
Un an après l’adoption de son plan stratégique, l’Université de Montréal lance quatre projets qui viendront donner corps à ses visées de développement...

Toutes les publications


Revue de presse

Entretien avec Pierre Noreau dans la Magazine Affaires universitaires – Acfas
Commentaires du Pr Stéphane Beaulac dans Le Devoir
Commentaires du Pr Alain Roy sur Radio-Canada

Toutes les publications


Portrait d’étudiant(e)

Meena Mrakade

Meena Mrakade est sur le point de terminer sa deuxième année au baccalauréat en droit à l’Université de Montréal. Elle entama ses études en droit après deux ans de cégep en sciences humaines, profil administration, parce que, sans savoir dans quel type de carrière cette formation la dirigerait, elle était certaine que sa curiosité intellectuelle serait stimulée et que beaucoup de portes s’ouvriraient à elle.

Portrait d’un(e) diplômé(e)

Leïla Yacoubi, LL.B. 2011

Directrice, Wealth Solutions Advisory Group - CIBC World Markets Inc.

Leïla obtint son baccalauréat en droit ainsi que son Juris Doctor en common law américaine à la Faculté de droit de l’Université de Montréal. Elle entreprit ses études en raison de son intérêt poussé pour les relations internationales ayant juridiction en matière de génocide, de crimes de guerres et de droit international humanitaire. Il s’agit d’un intérêt qu’elle cultive toujours aujourd’hui, mais qu’elle choisit très tôt au courant de ses études en droit de ne pas poursuivre professionnellement.