Passer au contenu

/ Faculté de droit

Je donne

Rechercher

Leïla Yacoubi, LL.B. 2011

Directrice, Wealth Solutions Advisory Group - CIBC World Markets Inc.

Leïla obtint son baccalauréat en droit ainsi que son Juris Doctor en common law américaine à la Faculté de droit de l’Université de Montréal. Elle entreprit ses études en raison de son intérêt poussé pour les relations internationales ayant juridiction en matière de génocide, de crimes de guerres et de droit international humanitaire. Il s’agit d’un intérêt qu’elle cultive toujours aujourd’hui, mais qu’elle choisit très tôt au courant de ses études en droit de ne pas poursuivre professionnellement.

Née à Montréal d’un père marocain, musulman et d’une mère péruvienne, catholique, elle vécu six ans d’enfance dans la ville de Rabat, au Maroc. Une fois rentrée à Montréal, elle poursuivit son cursus primaire et secondaire à la mission française du Collège Stanislas, puis compléta son cégep au Collège Jean-de-Brébeuf. Elle grandit sous l’influence des coutumes et traditions maghrébines et latino-américaines. Autour d’elle, on parla toujours un mélange d’espagnol, d’arabe et de français. Ses parents ont toujours tenu à célébrer l’héritage de leurs origines à travers le voyage, la lecture, la musique, le cinéma et l’humour. Cet apport culturel riche et plutôt singulier est sans aucun doute l’un des éléments les plus formateurs de son développement personnel.

Elle débuta sa carrière en 2013 au sein du groupe de droit des affaires du cabinet Lavery, de Billy à Montréal après y avoir complété son stage du Barreau du Québec. Sa pratique se concentrait alors sur le droit des valeurs mobilières et la réglementation de la distribution des produits et services financiers. En parallèle, elle compléta à temps partiel ses études dans le programme de Juris Doctor (J. D.) en common law nord-américaine de l’Université de Montréal. En 2015, elle se soumis aux examens du Barreau de l’Ontario et se joignit au groupe des services financiers du cabinet Blake, Cassels & Graydon à Toronto. Au cours des trois années suivantes, elle œuvra principalement en matière de financement bancaire dans un contexte de fusions et acquisitions ainsi que dans des dossiers de réglementation financière. En 2018, elle quitta la pratique du droit pour intégrer l’équipe de produits stucturés de la salle des marchés des capitaux de la CIBC Marchés Mondiaux. Elle travaille désormais dans l’industrie des marchés des capitaux dans un rôle hybride droit/finance dans lequel elle est appelée à prodiguer du conseil en matière de développement de produits structurés, à voir à l’exécution de transactions de dérivés complexes et à gérer les risques réputationnels et juridiques de la société en lien avec les opérations de la salle des marchés.

Ses aspirations sont de continuer à développer des marchés financiers plus robustes, moins vulnérables aux perturbations financières ou économiques et moins susceptibles de manipulations collusoires. Améliorer la disponibilité et la clarté de l’information financière pour les consommateurs afin de créer une industrie financière plus accessible à la population est également l’un de ses objectifs.

L’un des plus grands défis que Leïla a dû surmonter fut de convaincre ses nouvelles équipes professionnelles que la différence de sa perspective pouvait contribuer au succès de leurs projets d’affaire. C’est un défi auquel elle fit d’abord face à son arrivée dans la Ville reine alors qu’elle était la seule avocate francophone, issue d’une université de droit civil, à œuvrer au sein du cabinet Blakes à Toronto. Ce défi a pris une autre forme en 2018 alors qu’elle intégra la salle des marchés de la CIBC dans un rôle d’affaires (et non un rôle de contentieux) avec une formation juridique et une expérience d’avocate en cabinet privé. Son parcours était alors très différent que celui de ses collègues « tradeurs », structureurs, ou vendeurs ayant plutôt suivi une formation en finance, en génie ou en mathématiques. À ces deux occasions, il lui fallut apprendre un nouveau « langage », une nouvelle approche d’affaires et de nouvelles méthodes de travail. Elle fut également soucieuse de faire reconnaître ses acquis professionnels antérieurs au sein de son nouveau milieu, d’affirmer la valeur de sa perspective différente et de mettre celle-ci à contribution dans le cadre de ses nouvelles fonctions.  

Finalement, Leïla souhaiterait dire aux étudiants de la Faculté de droit issus de la diversité qu’il n’y a sans doute pas eu de meilleur moment que la période que nous traversons actuellement pour faire rayonner la richesse de votre différence. Le milieu professionnel est à l’écoute, plus que jamais. N’essayez pas de vous fondre dans la masse, ne changez pas votre façon de parler ou votre façon de vous habiller, ne changez pas qui vous êtes, n’essayez pas de « fitter ». Faites de votre différence un atout, mais n’oubliez pas que votre identité a plusieurs facettes et que votre diversité n’en est qu’un attribut. Prenez bien soin de toujours cultiver les autres aspects de votre individualité. En second lieu, n’ayez pas peur d’essayer des choses différents. Votre parcours n’a pas besoin de suivre un tracé linéaire. Vous êtes plus versatile que vous ne le croyez. Considérez toujours toutes vos options, écrivez votre propre histoire.

Au professeur Stéphane Rousseau à la Faculté de droit, Leïla lui dit merci d’avoir fait confiance à l’étudiante qu’elle était et de lui avoir confié ses projets de recherche et d’écriture. Il lui a fait découvrir l’intersection du droit et des services financiers. Sans s’y attendre, elle y a trouvé une carrière.