Passer au contenu

/ Faculté de droit

Je donne

Rechercher

Moustapha Mohamed Chein

Fier de ses multiples origines, Moustapha Mohamed Chein se considère comme un citoyen du monde. D’origine mauritanienne et ivoirienne, il effectua ses études de droit en France et vécut près d’une année en Turquie, à Istanbul, avant de finalement élire domicile au Canada. Moustapha se reconnaît dans chacune de ces identités et revendique cette diversité culturelle.

Moustapha décida de poursuivre ses études universitaires en France, dans le cadre d’une bourse d’enseignement supérieur dont il était récipiendaire. Il obtint en France une licence en droit privé, une maîtrise en droit des affaires et un master 2 en droit des contentieux et litiges. Il fut également étudiant en droit au sein de cabinets d’avocats français, ce qui lui permit de renforcer sa fibre pour le droit. Moustapha fut par ailleurs chargé de travaux dirigés auprès d’étudiants inscrits au premier cycle.

Son choix de faire du droit s’explique par les facteurs suivants. Moustapha est fils d’un brillant juriste, feu son père, qui était avocat et bâtonnier du conseil de l’ordre mauritanien. Il perdit son père très jeune et eut à cœur depuis l’enfance de reprendre le flambeau. L’admiration qu’il a pour son père fut tout au long de son parcours le moteur et la lumière éclairante qui lui permirent de braver tous les défis auxquels il eut à faire face.

Après plus de six années passées en France, il orienta son choix vers le Canada et plus précisément à Montréal pour y mener sa carrière professionnelle. Moustapha a choisi le Québec, parce qu’il estime que c’est une terre d’accueil où chacun peut s’épanouir socialement et professionnellement.

À son arrivée au Québec, Moustapha porta son choix sur l’Université de Montréal, dont la renommée et la culture ont été pour lui des attraits majeurs. C’est ainsi qu’il fut admis à l’Université de Montréal dans le cadre du programme d’actualisation de formation en droit – cheminement Barreau. Ce programme vise à faire valider les acquis d’un étudiant qui est déjà détenteur d’un diplôme en droit obtenu à l’étranger. À l’issue de ce programme, l’École du Barreau délivre à l’étudiant une attestation d’équivalence du baccalauréat en droit. Moustapha achèvera sa formation cette année.

Dès le début de ses études à l’Université de Montréal, Moustapha s’engagea tout de suite dans la vie étudiante, à travers l’association étudiante. C’est ainsi qu’il intégra l’Association des étudiants et étudiantes du programme d’actualisation en droit (AÉPAD UdeM), dont il fut élu président en janvier 2021.

En 2020, il réussit à obtenir son stage du Barreau auprès de la très prestigieuse firme d’avocats Torys LLP où il aimerait évoluer en tant qu’avocat. Le cheminement de carrière rêvé pour Moustapha est de devenir un avocat spécialisé en litige et plus particulièrement dans les recours collectifs, au sein d’un cabinet qui valorise l’humain. C’est ce qui a justifié son choix d’exercer au sein du cabinet Torys. Selon Moustapha, le droit trouve tout son sens dans les actions collectives. La procédure de recours collectif est un mode d’accès à la justice efficace et économique où les intérêts du consommateur et du citoyen sont mis en avant et protégés. En outre, le recours collectif rééquilibre le rapport de force inégal qui peut exister entre les parties.

Moustapha est également lauréat d’une Bourse au mérite. Dans le cadre du Concours de bourses SAÉ 2020 de l’Université de Montréal, le Comité d’attribution des bourses au mérite reconnut l’engagement de Moustapha dans ses études en lui octroyant la bourse de perfectionnement Stephen I. Beck d’un montant de 5 000 $. Cette bourse se veut une reconnaissance des efforts qu’il a déployés dans la poursuite de ses études.

Le professeur qui inspire Moustapha est le Pr Didier Lluelles qui, selon lui, sait rendre sa matière accessible et fait montre d’une grande pédagogie. Par ailleurs, son traité sur le droit des obligations est tellement complet qu’on peut s’y référer avec beaucoup de sérénité pour retrouver nos notes de cours manquantes.

En dehors du droit, Moustapha est passionné de poésie et vient de terminer la rédaction de son premier recueil de poésie intitulé Lettres d’hiver.

Son livre préféré est Navigateur interplanétaire de Cheick Modibo Diarra. Modibo Diarra a piloté les sondes de la Nasa vers Vénus, Jupiter et Mars. Son livre autobiographique est une réelle inspiration. Depuis sa terre natale au Mali, en passant par la France, pour finir docteur des universités américaines, Modibo Diarra a su tirer le meilleur de ses échecs et de ses épreuves en ne perdant jamais de vue ses objectifs.

Un voyage qui a marqué Moustapha a été son séjour de près d’une année à Constantinople, en Turquie. Il y découvrit les traces encore présentes des empires romain et ottoman. Istanbul est un complexe infini d’histoire, où la délicieuse cuisine se conjugue à l’accueil chaleureux des habitants.

Le message que Moustapha souhaite partager avec les futurs étudiants qui choisiront la Faculté de droit est le suivant : « Rien n’est plus beau que d’avoir la chance de pratiquer le droit. Les études de droit requièrent beaucoup de passion et d’abnégation. Selon moi, les objectifs et plus particulièrement les rêves ont pour seule clef la résilience. »